Aux racines : Le Hillbilly (Country Music)

Publié le par Harald

Le Hillbilly naît à la fin du XIXème siècle dans les Appalaches. C’est un terme générique qui désigne la musique rurale américaine, synthèse des divers styles apportés par les immigrants venus de la vieille Europe. La base instrumentale est constituée par le violon et le banjo. La guitare arrivera un peu plus tard,  on y adjoint parfois un dulcimer. Le chanteur a souvent recours à la technique du « yodle », si chère à nos amis suisses, qui consiste à passer rapidement d’une voix de gorge à une voix de tête. Cependant, rapidement les orchestres, qui mélangent des influences celtiques, germaniques et mexicaines (particulièrement au Texas), comprennent jusqu'à vingt ou trente musiciens (violons, guitares, banjos, contrebasses, accordéons, trompettes...). Leur répertoire est très divers : danses irlando-écossaises, airs mexicains, chansons de cow-boys, rythmes cajuns de la Louisiane, airs de danse apportés par les immigrants d'Europe centrale. 

Le genre souffre néanmoins rapidement de l’étiquette « musique de bouseux » et dans les années 20 le terme « Country Music » apparaît. Il ne sera véritablement adopté qu’à l’orée de la WWII. Cette période va d’ailleurs être fertile pour ce genre musical, l’électrification des instruments, le développement de la radio, la popularité grandissante du Blues et du Jazz vont permettre l’éclosion de nombreux styles tels que le Country-Blues, le Bluegrass, le Western Swing, le Country-Rock.

Dès 1890, le Ragtime, monté de la Nouvelle-Orléans, commence à influencer les musiciens de Country texans. Ils intègrent assez rapidement cette rythmique qui leur permet de multiples improvisations sur des thèmes classiques. Le public, de plus en plus nombreux en raison de l’essor de l’industrie pétrolière, en redemande. Ainsi naît, dans les années 1920, ce que l’on a d’abord appelé la « Hot Dance Country Music », qui débouchera plus tard sur le « Western-Swing ». Prince Albert Hunt and his Texas Ramblers, les Light Crust Doughboys sans oublier les East Texas Serenaders sont les véritables fondateurs du genre.  Le Western Swing naîtra vraiment de l’éclatement des Light Crust Doughboys, les deux leaders du groupe,   Bob Wills et Milton Brown créent leurs ensembles. Milton Brown fortement influencé par le Jazz monte les Musical Brownies et Bob Wills les Texas Playboys. En 1936, une grande partie des états du Sud ne danse plus que sur du  Western Swing. La popularité du genre va rapidement donner naissance à de nombreux groupes dont les plus talentueux sont sans conteste : Bill Boyd & his Cowboy Ramblers, Cliff Bruner & the Texas Wanderers, Jimmy Revard & his Oklahoma Playboys, les Hi-Flyers, Adolph Hofner & his Texans, les Tune Wranglers et  les Modern Mountaineers.

La WWII, va permettre à ce style d’étendre son influence. Après Pearl Harbor, les USA se lancent dans la guerre. La conscription sonne le glas de pas mal de groupes, les vastes salles se vident, une bonne partie du public se retrouvant sous les drapeaux ou partant travailler dans les chantiers navals de la côte ouest. Les formations vont donc se limiter à une dizaine de musiciens et vont suivre leur public. Les cabarets de Californie s’enthousiasment pour ces nouveaux venus. Ce renouveau est assuré entre autres par Spade Cooley, Tex Williams, les frères Johnnie Lee Billy Jack Wills, Tommy Duncan et Pee Wee King. Le Western Swing va même influencer la variété US puisque des artistes tels que Bing Crosby ou Dorothy Lamour vont s’y essayer.

La Country Music, quant à elle va évoluer plus lentement. Des artistes comme Jimmie Rogers vont donner naissance au Country Blues, Bill Monroe rebelle à l’électrification des instruments portera le Bluegrass sur les fonds baptismaux. Enfin Hank Williams joue une Country qui inclut à la fois le Blues et le Honky Tonk des bouges du Sud. Sa musique est annonciatrice du Rock and Roll encore à venir. Il suffit d’écouter son célèbre « Move it on over » pour s'en persuader.

Publié dans haraldsgraffiti

Commenter cet article