The Lords of Flatbush

Publié le par Harald


Surfant sur la vague du retro teen-age movie lancée par American Graffiti, deux metteurs en scène débutants, Stephen Verona et Martin Davidson, eurent l'idée, en 1974, de réaliser un film retraçant le passage à l'âge adulte de quatre copains dans un quartier de Brooklyn.


La distribution là aussi est riche en jeunes talents prometteurs. Sylvester Stallone (Stanley Rosiello), Henry Winkler (Butchey Weinstein), Perry King (Chico Tyrell) et Paul Mace (Wimpy Murgalo) qui interprètent les membres du social club "The Lords of Flatbush". A noter également la présence de Susan Blakely (Jane Bradshaw) et d'Armand Assante qui est crédité d'un petit rôle à la fin du film lors de la scène du mariage.


Henry Winkler tient là son premier rôle au cinéma, il se servira du personnage de Butchey pour bâtir sa légendaire interprétation de Fonzie dans la série télévisée Happy Days. Quant à Stallone il livre une interprétation de son personnage inspirée de la prestation de Brando dans "On the waterfront". Il y a également beaucoup du Rocky Balboa à venir dans son Stanley Rosiello, grand, costaud, pas méchant pour deux sous et embarrassé avec les filles.


Désoeuvrés, les "Lords of Flatbush" passent leurs journées dans le club de billard du quartier, tirant une caisse à l'occasion lorsqu'ils ne squattent pas le drugstore local où ils boivent des sodas et draguent les bobby-soccers locales. Il leur arrive aussi d'avoir à faire le coup de poing contre les bandes rivales des quartiers environnants.


Comme tous les ados, la vie semble les tirailler et chacun commence à se chercher. Stanley Rosiello qui vit en ménage avec Frannie depuis quelques temps se décide à l'épouser lorsqu'elle lui annonce qu'elle est enceinte. Chico Tyrell, l'éternel adolescent fier de sa grosse cylindrée quant à lui tourne autour de Jane Bradshaw, la fille d'un colonel qui en définitive va l'éconduire. La bande perd sa cohésion. Seuls Butchey et Wimpy restent fidèles à l'esprit des Lords, refusant de grandir.


La citation: Stanley est dans une bijouterie avec Frannie. Cette dernière demande à voir les bagues de fiançailles. Au bout d'un instant, il lui demande de sortir et de l'attendre dehors. Il s'adresse alors au vendeur: " If you ever show my girl a ring like that again, you know what's gonna be written on your tombstone? I was dumb enough to show Frannie Malincanico a $1600 ring. Ya got that ?".

Pour une raison que je ne m'explique pas, ce film pour sa sortie française a été intitulé "Les mains dans les poches".

Publié dans haraldsgraffiti

Commenter cet article